cropped-Capture-d’écran-2016-06-01-à-14.08.491.pngCAPFI Groupe a lancé le 31 mai sa nouvelle plateforme de communication avec Shiva Communication et My RH Community.

Depuis 2005, CAPFI Groupe, l’ESN française spécialisée dans la transformation digitale, le design d’infrastructures IT et le consulting fondée par Rodolphe Bellenguez et Olivier Delabre connaît une forte croissance sur son secteur très concurrentiel. Aujourd’hui, CAPFI Groupe renforce son développement avec un nouveau territoire de communication. Créée par Shiva Communication et déployée sur les réseaux sociaux par My RH Community, la nouvelle plateforme de marque va réaffirmer les expertises du groupe et accompagner son effort constant pour recruter les meilleurs consultants IT.

Construite à partir du credo fondateur de CAPFI Groupe « l’IT n’est rien sans l’humain », cette nouvelle plateforme de marque conçue par Shiva Communication vient valoriser une philosophie singulière sur un secteur IT qui voit tous les jours se jouer une bataille des bons profils.
Développement personnel, accompagnement sur mesure, choix des missions, événements internes, engagements social et environnemental… CAPFI Groupe offre du sens et de l’attention à ses consultants tout autant qu’une portée sociale à ses différentes actions.
La nouvelle signature « We share more than IT » résume cette posture innovante et ouverte. Le nouveau logo, ponctué par « l’infini », offre une dimension aspirationnelle dans un secteur souvent caractérisé par la déshumanisation.

Chez CAPFI Groupe, chaque personne est unique ; ses goûts, ses centres d’intérêt ou sa personnalité sont aussi importants que ses compétences techniques. Le nouveau site, croisement entre révélation de cette dimension humaine et exposition du savoir-faire de la société, offre ce double éclairage, qui saura interpeller candidats et prospects.
Une présence social media RH viendra compléter le dispositif de communication et aider au recrutement de plus d’une centaine des meilleurs talents en 2016. CAPFI Groupe a confié la stratégie et l’animation de ses plateformes sociales à My RH Community sur Twitter, Linkedin, Viadeo et Facebook. A cela s’ajoutera le lancement d’un programme « Employee Advocacy » qui rendra le collaborateur ambassadeur de l’entreprise sur les réseaux sociaux.

Cette refonte totale de l’écosystème augure de nouveaux développements à venir et prépare le terrain à de futures acquisitions par CAPFI Groupe dès les prochaines semaines.

http://www.capfi.fr/

CONTACT CAPFI Groupe
Nathalie Patry | nathalie.patry@capfi.fr | + 33 (0) 1 80 06 82 56

CONTACT SHIVA COMMUNICATION
Tiphaine Serret | tserret@shivacom.fr | +33 (0) 1 41 06 53 73

Crédits

CAPFI Groupe :
Directrice de la Communication : Nathalie Patry

Shiva Communication :
Directrice du Développement : Tiphaine Serret
Directeur Conseil : Thomas Codet
Planning Stratégique : Antoine Delaplace
Direction Artistique : Élodie Salé, Wee Pin Ng
Conception-rédaction : Lydie Eliashberg
Web Designer : Alexandra Colombié
Chef de projet : Nancy Kirumara
Assistant Chef de projet : Paul Martins
Chef de projet technique : Willy Mouriesse
Développeur Front : Benoit Alix, Sophie Vandenabeele
Développeur Back : Guillaume Boit
Consultant SEO : Philippe Durand
Production des contenus photos : Sébastien Bouyges, Charles Wheeler (Super Flims)

My RH Community :
CEO : Mathieu Lemonnier
Managing Director : Alban Salini


Shiva Communication : qui sommes-nous ?

#shivacredo

Travailler de manière collaborative, dans l’échange et le partage, c’est croire aux processus de co-création décloisonnés et décomplexés, et c’est rester curieux, ouvert et humble en toute circonstance. Notre agence est née dans le digital et travaille de manière collaborative avec l’ensemble de ses clients et partenaires. Les 40 collaborateurs qui la composent sont tous des digital players immergés dans la stratégie, la création et la technologie.

Nos clients/références : Skoda, Bouygues Immobilier, Hello Bank, Axa, Bouygues Telecom, Editions Michel Lafon, Toys’R’Us, …

Prix de l’Agence Digitale « Challenger » de l’année en 2015

www.shivacom.fr

My RH Community : qui sommes-nous ?

My RH Community est l’agence de référence sur la E-Réputation RH (http://www.myrhcommunity.fr)

Depuis 4 ans, nous accompagnons les services marque employeur & corporate sur les réseaux et médias Sociaux.

Afin de répondre au mieux aux attentes et évolutions de notre marché, nous avons développé un pool de services unique et varié.
Notre expertise nous permet de penser et déployer des stratégies de présence sur les réseaux sociaux, mais aussi de mettre notre savoir-faire au service d’une optimisation et d’une viralisation de votre marque employeur & corporate 2.0.

Aujourd’hui, ce sont plus de 70 clients, tant nationaux qu’internationaux qui nous font confiance.

7910370882_e2d8bfd3b4_o

Si vous ne deviez prendre qu’une seule bonne résolution pour votre entreprise en 2016, ce serait la suivante : déployer votre marque employeur sur les réseaux sociaux ! Voici 10 chiffres qui devraient vous convaincre :

. 63% des Millenials (15-30 ans) vont sur les réseaux sociaux tous les jours

. 33% des salariés partagent des informations sur leur entreprise sur les réseaux sociaux

. 1 recruteur sur 3 diffuse déjà ses offres sur les réseaux sociaux

. Aux Etats-Unis, 58% des candidats utilisent Twitter pour leur recherche

. 62% des candidats vérifient la marque employeur des entreprises sur les réseaux sociaux

. 90% des 15-24 ans sont inscrits sur au moins un réseau social

. 66% des entreprises pensent que les réseaux sociaux représentent l’outil le plus efficace pour la promotion de la marque employeur

. 45% des entreprises du CAC40 ont créé un programme ambassadeur pour leurs salariés

. En France, 7% des recrutements se font déjà sur les réseaux sociaux

. Sur Twitter, 220 000 offres d’emploi sont diffusées chaque mois

Alors, convaincus ?! Si oui, n’hésitez pas à faire appel aux services de My RH Community !

Sources :

Les Echos

LinkedIn

Publicis Consultants

Les Échos

Talentsoft

TNS Sofres

Capture d’écran 2015-12-16 à 18.18.33

Wizbii est le plus grand réseau professionnel des étudiants et jeunes diplômés et est considéré comme le 1er média professionnel des 18-30 ans !

Mais que se cache-t-il derrière cette start-up et comment est né ce projet ? Benjamin Ducousso, fondateur de Wizbii, a accepté de répondre à nos questions !

Pour commencer, pouvez-vous nous en dire davantage sur votre parcours professionnel ?

Après avoir été diplômé de Grenoble École de Management, j’ai eu une expérience très enrichissante chez Total pendant un an et demi entre Pau et Paris puis l’envie de créer ma propre entreprise est devenue trop forte, j’ai donc décidé de monter Wizbii avec deux amis : Emeric Wasson et Romain Gentil, qui venaient également d’être diplômés de l’école de commerce.

Comment l’idée de fonder Wizbii vous est-elle venue ?

Le concept germe en 2009 : au départ, Wizbii était un réseau pour aider les jeunes créateurs d’entreprise à trouver un associé, aucun service de la sorte n’existait. Puis nous nous sommes rapidement rendu compte que notre business model n’était pas viable en l’état donc nous avons ajouté la brique emploi car on a fait un second constat : les étudiants boudaient les réseaux sociaux professionnels existants, tels que LinkedIn ou Viadeo (qui ont toujours aujourd’hui une moyenne d’âge de 44 ans contre 22 pour Wizbii).

Racontez-nous l’histoire de Wizbii de sa naissance à aujourd’hui…

L’histoire des débuts de Wizbii est assez originale : nous avons présenté notre idée dans des amphis pour avoir le soutien d’autres jeunes et ainsi nous prêter main forte afin de lancer notre première version du site. On a eu 60 candidatures d’étudiants bénévoles ! Finalement, avec l’aide de 33 étudiants venus de formations très variées, nous avons monté ensemble en 2011 un réseau social professionnel adapté aux besoins des étudiants et jeunes diplômés.

Wizbii aide les jeunes à lancer leur carrière, que ce soit à travers l’emploi ou l’entrepreneuriat. Dans la partie « projets », les créateurs d’entreprises peuvent rendre visible leur projet vers notre communauté et recruter un associé gratuitement.
Sur la partie « jobs », nos membres peuvent trouver facilement un job, un stage, une alternance ou encore un VIE.

La différence avec un jobboard, c’est que nos fonctionnalités permettent de développer le réseau des jeunes : ils s’entraident dans leurs recherches que ce soit pour mieux connaître l’entreprise de leur rêve ou accéder plus facilement aux coordonnées des recruteurs.

Quatre ans plus tard, nous sommes très fiers d’avoir dépassé les 400 000 membres, recruté 35 talents, ouvert 5 pays (France, UK, Allemagne, Espagne, Italie) et convaincu 100 clients (Mondelez international, Thalès, Crédit Agricole, Econocom, Accor…) de travailler avec nous sur leur marque employeur et leur recrutement de jeunes talents.

Equipe Wizbii de 2011 à aujourd’hui :

En quoi Wizbii répond aux besoins des entreprises en termes de RH et de marque employeur ?

Nous permettons aux grandes entreprises comme aux start-up d’améliorer leur sourcing et de développer leur marque employeur ainsi que leur notoriété auprès des jeunes grâce à une gamme de produits personnalisables online tels que les pages entreprises, les actualités sponsorisées ou encore les mailings.

Nous développons aussi des opérations cross canal, comme des cocktails recrutement privés (jobdatings) entre une marque et une sélection de membres du réseau social choisis pour la qualité de leur profil et la cohérence avec la demande du client. Par ce type d’opération innovante, le temps de recrutement est considérablement raccourci. Les entreprises et les banques ont également un attachement croissant à l’entrepreneuriat et Wizbii leur permet de toucher une base de 1 000 projets.

Quel est votre business model ?

Nous sommes 100% gratuit pour les jeunes.

Nous permettons aux recruteurs de tester le produit en gratuité sur leurs offres d’emploi et notre business model repose sur la commercialisation de plans médias et de produits de recrutement auprès des entreprises par le biais d’une équipe business et des agences partenaires.

La solution recruteur est accessible via http://pro.wizbii.com

Comment voyez-vous Wizbii à moyen et long terme ?

Nous voyons Wizbii encore plus social, mobile et international. Nous venons de lancer nos applications mobiles iOS et android (à découvrir ici pour iOS et ici pour Android) et notre troisième version du site avec des fonctionnalités augmentant encore plus les interactions entre nos membres.

Côté international, notre ambition est de nous développer au fur et à mesure dans le reste de l’Europe puis dans le monde entier ! Favoriser l’emploi et l’entrepreneuriat des jeunes autour du monde, tel est le leitmotiv de Wizbii :).

Capture d’écran 2015-12-16 à 18.17.48

Interview réalisée par My RH Community

Social Selling My RH

Avec la multiplication des canaux de communication, les acheteurs et consommateurs sont quotidiennement sur-sollicités, voire usés, par les approches publicitaires et commerciales. Pour réussir, il est donc nécessaire de faire évoluer l’approche commerciale traditionnelle : terminés les 50 appels téléphoniques par jour ou le porte à porte ; aujourd’hui, la vente passe par la proximité et la construction d’un lien social. En clair ? Adieu le 1 % de vente suite à des appels à froid et bienvenue au Social Selling !

Mais qu’est ce que le social selling ?

Dans le social selling, tout se passe sur les réseaux sociaux : ce sont les salariés qui y prennent la parole en partageant du contenu qui met en avant l’expertise et le savoir-faire de leur entreprise. Ainsi, cette dernière crée une relation avec ses prospects avant même de les solliciter directement.

Mais pour une approche social selling réussie, l’entreprise doit absolument accompagner ses équipes en les formant tout d’abord aux bonnes pratiques sur les réseaux sociaux puis en leur mettant à disposition, de manière hebdomadaire par exemple, du contenu ciblé à relayer. Et pour aller plus loin, elles peuvent également mettre en place des incentives récompensant les commerciaux les plus efficaces (générant le plus de leads).

Une approche aux nombreux bénéfices !

 Le social selling permet avant tout à l’entreprise d’intéresser et sensibiliser ses clients potentiels avant de les contacter… et multiplier les chances de générer du lead ! Et si le contenu partagé sur les réseaux sociaux est bien qualifié, certains clients feront eux-mêmes la démarche de venir vers l’entreprise. Il n’y a plus d’étape à froid !

Ainsi, Laurent Brouat, fondateur de #TruAcademy (1ère plateforme de formation pour les recruteurs) utilise Twitter pour promouvoir ses services : il tweete depuis son compte personnel des informations liées à son entreprise et son expertise. Nous sommes bien loin de la publicité agressive ! Une démarche qui lui permet de s’adresser directement à sa cible, qui peut en retour le contacter sur le réseau.

Sourcing Laurent Brouat

Quand on sait que 57 % de la décision de vente est déjà prise avant que le prospect ne contacte un vendeur, et que 75% des clients utilisent les médias sociaux dans le cadre de leurs achats, on comprend toute l’importance d’une telle démarche.

Le social selling ne se limite toutefois pas à Twitter. Ludivine Tabart, responsable marketing chez CareerBuilder, utilise quant à elle l’outil Pulse de Linkedin pour partager des articles écrits par son entreprise. Ce relai lui permet de démontrer noir sur blanc l’expertise et la maîtrise de CareerBuilder sur son marché et ses sujets phares.

careerbuilder

En prouvant ainsi le savoir-faire de son entreprise, le commercial s’assure que les prospects pensent instinctivement à son entreprise, notamment lorsqu’ils passent à la décision d’achat. Et cette stratégie a fait ses preuves : les vendeurs qui pratiquent le Social Selling excèdent de 17 % les résultats de leurs pairs, et 78 % des personnes qui l’utilisent vendent plus que leurs concurrents ! C’est que cette approche permet en outre aux entreprises de mieux connaître leurs prospects et clients, tout en échangeant directement avec eux. Un aspect humain non-négligeable qui permet de se différencier !

 

Pour approfondir le sujet, nous vous recommandons une vidéo très intéressante réalisée par Linkedin : http://bit.ly/1O7Kloi

 

Alors, prêts à vous lancer ? Sachez qu’aujourd’hui les formations « Social Selling » occupent une place importante dans le planning des coaches de My RH Community !

 

Sources :

http://www.mycommunitymanager.fr/social-selling-la-vente-sera-sociale-ou-ne-sera-plus/https://www.swabbl.com/social-selling/ces-3-chiffres-qui-vous-feront-adopter-le-social-selling/https://www.1min30.com/social-media-marketing/le-social-selling-cest-quoi-27768

Les internautes sont aujourd’hui de plus en plus mobinautes !

Que ce soit sur les sites e-commerce ou les réseaux sociaux l’usage du mobile explose !

Aujourd’hui, plus de 20 millions de Français sont des mobinautes et cette année les connexions à Internet via un mobile devraient dépasser celles via un ordinateur. Le m-commerce enregistre lui aussi une forte croissance en France en 2015 (+117% pour les achats via smartphone).

Mais qu’en est-il de l’usage du mobile dans le secteur du recrutement ? Les sites emploi proposent désormais des applications mobiles, il existe même des « tinders » du recrutement. Les entreprises, quant à elles, sont un peu en retard, très peu de sites carrières étant optimisés pour un usage mobile.

Mais qu’en pensent réellement les candidats ? Sont-ils prêts à postuler depuis leurs smartphones ? Retrouvez toutes les réponses à ces questions dans l’article « Postuler depuis un mobile : est-ce bien sérieux ? » par RMS news

mobile2

Alicia-Garibaldi-Glassdoor-Feature_1290x688_MS

Il y a maintenant un an que Glassdoor, également appelé le « TripAdvisor de l’emploi » a envahi le marché des job boards en France.

Un nouveau concept qui fait beaucoup parler de lui et une ambition : « Devenir le n°1 de la recherche d’emploi en France ».

Petit rappel pour les novices : Glassdoor est un site de recherche d’emploi qui, en plus des offres, donne la possibilité aux chercheurs d’emploi de donner et trouver des avis sur les entreprises, des informations sur les salaires et des compte-rendu d’entretiens d’embauche.

L’objectif est clair : permettre aux salariés de trouver l’entreprise qui leur convient le mieux ….un rêve pour les candidats !

Mais qu’en disent les entreprises ?

Les DRH semblent de prime abord assez mitigés sur la question, beaucoup partant avec un mauvais a priori et ne se sentant pas forcément prêt ! Néanmoins la machine est en marche et les employeurs Français n’ont que deux options : rester dans le déni ou prendre le taureau par les cornes.

L’arrivée de Glassdoor a très certainement relancé le débat sur l’importance de la Marque Employeur et de l’E-réputation RH. Lorsque l’on sait que 69% des candidats n’accepteraient pas un emploi au sein d’une société dotée d’une mauvaise réputation et ce, même s’ils étaient au chômage (source : Allegis Group Services Study), on se dit qu’il faut à tout prix être maitre de sa réputation RH sur Internet ! Bonne nouvelle, Glassdoor est un excellent outil pour cela !

En effet, Glassdoor propose désormais à toutes les entreprises de développer leur présence sur la plateforme grâce à un Compte Employeur Gratuit … Merci Glassdoor !

Comment ca marche et à quoi ça sert ?

En créant un compte employeur gratuit, les entreprises peuvent reprendre la main sur leur e-réputation et ainsi attirer de meilleurs candidats. Le compte employeur gratuit leur propose de partager un maximum d’informations sur les valeurs et la vie de leur entreprise. Elles peuvent aussi répondre aux commentaires déposés par les internautes, actualiser leurs informations ou encore publier des photos.

Glassdoor vous donne donc l’opportunité d’être un employeur transparent et de communiquer sur votre Marque Employeur très simplement !

Un Compte Employeur Gratuit sur Glassdoor est facile à créer : l’enregistrement du profil de base ne prend que quelques minutes et donne accès à des outils d’analyse qui renseignent notamment sur les activités et les données sociodémographiques des chercheurs d’emploi. Il est également possible de suivre avec précision l’évolution de la réputation de l’entreprise mois après mois ou le nombre de personnes ayant consulté le profil de l’entreprise à une certaine période !

Le compte employeur gratuit représente donc une véritable aubaine pour toutes les entreprises. Il vous permet de comprendre vos candidats et de communiquer auprès d’eux de façon très qualifiée ! Que demander de plus ?

Sans titre

 Glassdoor va encore plus loin avec le Label Open Company 

Glassdoor récompense les entreprises les plus transparentes envers les candidats grâce au label OpenCompany, également gratuit. Un programme nouveau en France qui vise à reconnaître et récompenser les entreprises qui adoptent la transparence sur le lieu de travail.

Pour se qualifier, les employeurs doivent suivre 5 étapes conçues pour fournir une description exacte de leur culture et de leur environnement de travail. Après cette procédure, l’entreprise recevra un badge de profil distinct et une signalétique externe signalant ses accomplissements et son engagement en matière de transparence aux chercheurs d’emploi.

Pas encore conquis ?

Et pour ceux d’entre vous qui ne sont pas encore convaincus qu’avoir un compte employeur sur Glassdoor est bénéfique pour votre entreprise :

>>> Il faut savoir que Glassdoor est un site très fréquenté et très bien référencé sur Google. Une présence sur une telle plateforme vous permettra de booster votre référencement, mais surtout de maîtriser ce qui se dit sur vous sur une plateforme clé ! <<<

Voilà que sonne la fin des études ! Te voilà jeune diplômé, la papatte agile et les neuronnes frétillants, fiers de ces années de dur labeur. Oui, tu maîtrises le droit, Bourdieu passe chez toi prendre le café, tu passes tes samedis à tchatter avec Xavier Niel …

Mais quand il s’agit de trouver un premier emploi, le refrain n’est plus le même : 40% des jeunes diplômés français sont sans emploi un an après la fin de leurs études.

« Jeune Diplômée » est la série qu’il te faut pour relativiser. À grand renfort d’humour et de situations cocasses, la série Youtube réalisée par Shannon Renaudou et produite par Twincats Productions fait sensation sur la toile.

Tiphaine Haas y interprète une jeune diplômée en quête du graal du 1er emploi. La série comptera 8 épisodes de deux minutes trente.

On vous laisse découvrir ci-dessous le cinquième épisode

Pour en savoir plus, découvrez Jeune Diplômée sur Facebook et Twitter 

An-2000-600x437

15 ans… c’est à la fois beaucoup et peu quand on prend le temps de revenir sur tous les changements que nous remarquons au quotidien dans notre vie personnelle et professionnelle.

Depuis 2000, Internet a explosé et a révolutionné la majorité des secteurs de notre économie. Le métier de recruteur a profondément évolué lui aussi.

De nouvelles plateformes liées au recrutement émergent perpétuellement comme les jobboards et les réseaux sociaux professionnels.
Avant 2000, les recruteurs devaient faire face quotidiennement au tri « manuel » des CV. Aujourd’hui, le sourcing est moins chronophage et surtout moins fastidieux ! Ce gain de temps permet une économie des coûts de recrutement.
Face à la multiplication des outils à disposition, le métier de recruteur s’est complexifié. Des limites technologiques subsistent telle la baisse de réponses accordées aux candidatures (surtout les non ciblées).

Le métier de recruteur a aussi évolué par le changement du rapport au travail remarqué notamment chez la génération Y (voir l’article de Fiona à ce sujet, clic). L’emploi du temps professionnel doit de plus en plus être adapté à la vie personnelle des candidats !

Est-ce que la sélection des bons profils s’est améliorée depuis 15 ans ? Les entretiens de recrutement deviennent en tout cas moins formels, l’expérience et les compétences priment sur les diplômes et la personnalité du candidat est davantage analysée.

Enfin, le périmètre du service des ressources humaines se redéfinit peu à peu. Le DRH devient dans certaines entreprises un « Business Partner ». La marque employeur, concept qui était à la fois porté par les services communication et RH, tend à être déployé par le service RH. L’enjeu est donc de fédérer l’interne par un discours transparent et engageant mais aussi d’attirer un vivier de talents en développant une relation de proximité avec les candidats sur les réseaux sociaux.

Ce billet a été inspiré d’un article passionnant issu du Blog du Modérateur disponible ici : http://ow.ly/TaIUY

Bienêtre-620x314

Les objets connectés sont tendances. Ils sont partout où nous allons et sont les prochains envahisseurs de notre société après la folie des LolCats. En 2020, ils seront probablement 80 milliards à nous aider dans notre quotidien et pèseront 1 700 milliards de dollars. Maisons, voitures, magasins, ou encore écoles, tout y passe ! Même nos animaux ont le droit aux leurs.

Mais alors qu’ils prennent soin de nous dans notre vie personnelle, ne pourront-ils pas nous suivre jusqu’à notre lieu de travail ? Le doute plane car ces objets connectés n’ont pas l’air de vouloir quitter le cocon de leurs laboratoires. Pourtant, ils seraient utiles au bien-être des salariés et pourraient donc améliorer considérablement la qualité de vie au travail.

Grâce à leurs techniques ingénieuses, les besoins des salariés seraient anticipés : chaise connectée qui s’adapte à leur dos, stylo qui transfère les données papiers en temps réel sur le PC, luminosité de l’écran qui s’adapte en fonction de la lumière ambiante…

Ces technologies aideraient également grandement à prévenir les risques psychosociaux : application qui surveille le sommeil, la fatigue, le stress, l’irritabilité et même le trouble de la concentration.

En pause, les salariés bénéficieraient d’aide à l’équilibre alimentaire grâce à une cafétéria ou une machine à café connectée qui permettraient de prévenir une mauvaise consommation ou de détecter la présence d’ingrédients indésirables pour l’organisme.

Ne poussons cependant pas le bouchon trop loin et évitons la puce NFC implantée sous la peau pour passer les portiques de sécurité ou payer le café ! D’ailleurs, cet objet connecté existerait déjà en Suède…

Ces objets connectés sont tout droit sortis de l’imaginaire ou sont en passe de devenir les prochains facteurs du bien-être au travail !

À l’heure où les sites de classement tels que « Meilleures Entreprises » ou « Great Place To Work » récompensent les entreprises où il fait bon travailler se multiplient, les objets connectés pourraient bien prendre de plus en plus d’importance.

Et vous, comment imaginez-vous le salarié du futur ?

 

Sources : http://bit.ly/1Jeq2m5http://bit.ly/1jA9TCB

 

C’est un fait : le monde du recrutement change. Dans un contexte de guerre des talents, les recruteurs doivent faire preuve d’inventivité pour attirer les meilleurs talents : c’est l’entreprise qui contre-attaque! En complément d’un travail de fond sur la marque employeur, la mise en place de méthodes innovantes est essentielle pour se différencier. En plus d’accélérer les processus de recrutement, cela permet de gagner en attractivité, tant en interne qu’en externe. C’est pourquoi de plus en plus d’entreprises choisissent l’innovation et la convivialité afin d’attirer leurs futurs talents.

Mais quelles sont ces tendances de recrutement innovant ? My RH Community vous dresse un premier état des lieux.

Quel est le rôle joué par les réseaux sociaux dans les processus de recrutement?

Quand on sait que 85% des Français sont inscrits sur au moins un réseau social (chiffre We Are Social), on comprend vite pourquoi ces derniers sont complémentaires des outils plus traditionnels comme les sites d’emploi. Mais comment les services de recrutement les utilisent ? Un premier usage va consister en la chasse de candidats pour les postes ouverts et la communication sur les recrutements de l’entreprise. Vient ensuite le travail de la marque employeur, la diffusion des offres d’emploi et se renseigner sur les candidats qui postulent.

Les entreprises vont parfois plus loin et détournent de plus en plus les réseaux sociaux estampillés « usage personnel » en arme de recrutement. C’est le parti pris par Snapchat pour attirer les employés de ses concurrents (Twitter, Uber et Pinterest) !

snapchat

Ces campagnes de recrutement décalées permettent de créer le buzz et de valoriser l’entreprise grâce au earned media généré !
Uber l’a bien compris en dévoilant en France le 11 juin 2015 une vidéo mettant en scène les équipes et les locaux sur un ton humoristique et décalé.

Michel et Augustin a aussi fait preuve d’imagination en envoyant sa responsable des ressources humaines dans le métro parisien pour demander aux voyageurs si « quelqu’un connaît quelqu’un qui cherche un job » !

Les soirées de recrutement informelles :

Le format informel de ces soirées plaît autant aux recruteurs qu’aux candidats !
Plug&Work organise des afterworks sans CV où les candidats rencontrent librement les managers des entreprises convoitées et si difficiles à atteindre d’ordinaire.
Lors des événements Jobs, les entreprises se présentent en seulement 1 minute 30, puis les candidats partent à la rencontre des recruteurs pendant le reste de la matinée.
Les entreprises prennent même parfois le lead en organisant leurs propres évènements originaux. Le Crédit Agricole a ainsi organisé un Job Dating pour favoriser l’emploi des jeunes… dans un bar à vin ! Cet événement a été organisé par Wizbii et le Crédit Agricole Mutuel Pyrénées Gascogne, avec la présence de nombreuses autres entreprises telles que Décathlon ou Leclerc.

Cette formule permet aux recruteurs d’apprendre à connaître les candidats dans une ambiance plus détendue et aux candidats d’élargir leur réseau. Conseil à l’attention des candidats : qui dit ambiance fun et informelle ne veut pas dire pas de préparation !

De nouvelles plateformes de recrutement

Quelques exemples : Jobspot (plateforme de multiposting dédiée aux PME), Welcome to the Jungle (fournit toutes les informations nécessaires pour choisir l’entreprise qui lui convient), Coxibiz (propose des solutions de recrutement via des challenges) et Splenday (plateforme de recrutement à mi-chemin entre un jobboard et un réseau social). Les nouveaux acteurs ne manquent pas !

Des offres d’emploi de plus en plus originales !

La fenêtre d’expression d’une politique de recrutement innovante passe aussi par les offres d’emploi en elles-mêmes ! Choisir l’humour pour attirer les talents, c’est l’angle choisi par l’agence Business Lab qui a réussi à détourner les codes classiques d’une offre d’emploi.
emploi

Des Business Games pour identifier des talents en dehors du cadre de l’entretien.

L’Oréal a su anticiper la vague des Business Games dédiés au recrutement en créant il y a 20 ans « Branstorm ». Des étudiants du monde entier sont réunis chaque année au sein d’une compétition entre écoles ou université autour d’un cas marketing.
L’avantage fort est de diversifier le sourcing, de détecter le réel potentiel des candidats dans des conditions reflétant les problématiques professionnelles.
La dernière édition a été un succès car elle a regroupée 13000 étudiants !
loreal

Cette nouvelle solution de recrutement est aussi mise en place chez Danone, Auchan ou Carrefour. Autre bénéfice non négligeable, les candidats et participants deviennent souvent des ambassadeurs de l’entreprise, et donc de sa marque employeur.

Les Hackathons permettent aussi de mettre en pratique les compétences des candidats et de déployer sa marque employeur en organisant un événement qi s’inscrit pleinement dans la culture d’entreprise. L’événement révèle le fort potentiel de la collaboration inter-entreprises. Il n’y a pas à dire, la gamification rend l’expérience de recrutement fun et engageante !

Le recrutement sans CV !

Il permet d’élargir la base de candidats en intégrant davantage de profils « atypiques » et éviter le « clonage ». C’est ce que l’on appelle les méthodes de recrutement par simulation (MRS). Le potentiel a alors une place prépondérante par rapport au diplôme. Seulement 12% des entreprises utilisent aujourd’hui ces méthodes (selon une enquête de RégionsJob).

Le m-recrutement !

40% des entreprises françaises ont utilisé des solutions de recrutement mobile en 2014 selon une étude HR Speaks. Orange (Orange jobs) ou encore EDF possèdent déjà des applications dédiées au recrutement.
Trois avantages principaux peuvent être cités :
– le m-recrutement correspond à un nouvel usage des candidats (95% des étudiants sont équipés en tablette, PC et mobile selon Jobteaser)
– les entreprises peuvent toucher plus de candidats puisqu’ils sont de plus en plus mobiles
– se distinguer de ses concurrents en proposant ce service innovant

Cela étant, trois inconvénients peuvent aussi être soulignés :
– La mise en place technique se révèle contraignante, car il faut souvent faire appel à un prestataire externe.
– Les entreprises ont peur de dégrader l’expérience candidat à cause d’une qualité de navigation inférieure.
– Le coût de développement de ces solutions peut aussi rebuter plus d’une entreprise
Malgré tout, le recrutement mobile reste une tendance incontournable. La preuve ? 25% de l’audience d’un site de recrutement se fait via les mobiles !
Et selon l’étude JobAroundMe (URL), 55% des annonceurs recruteront en 2015 via smartphone. Quand on sait que Google pénalise désormais les sites non responsive…

Si le rapport de force entre candidats et recruteurs semblent s’être inversé en faveur du candidat qui se comporte de plus en plus comme un e-consommateur, les recruteurs n’ont pas encore dit leur dernier mot ! Candidats et recruteurs semblent trouver leur place dans ce nouvel écosystème qui se révèle gagnant-gagnant.